06 April, 2020

    Reptile parfait: le lézard femelle moniteur n'a pas besoin de mâles pour se reproduire

    La science connaît de nombreux exemples de reproduction réussie d'organismes entre personnes du même sexe. Et ce ne sont pas nécessairement les créatures les plus simples. Aujourd'hui, on connaît environ 70 espèces de poissons, d'amphibiens et de reptiles, dans les populations desquelles les femelles sont capables de produire des descendants sans les mâles. Des études génétiques menées sur ces femelles ont montré qu’elles pouvaient avoir un double, un triple et même un quadruple jeu de chromosomes, voire plus gros chez certains poissons.

    Les scientifiques de cette région ont récemment découvert des lézards de Komodo, capables de se reproduire de manière aussi inhabituelle.

    Le lézard de Komodo est le plus grand des lézards existants. Les représentants individuels de cette espèce peuvent atteindre plus de 3 mètres de long et peser plus de 80 kilogrammes. Ils vivent sur l'île de Komodo et sur plusieurs îles voisines.

    Fait intéressant, la possibilité de leur reproduction du même sexe a été découverte par hasard. Deux lézards de Komodo, gardés sans mâles dans les zoos de la Grande-Bretagne, ont pondu des œufs dont des veaux normaux ont éclos en toute sécurité. Plus tard, un autre schéma est apparu clairement: si cette progéniture est parthénogénétique, c'est-à-dire produite sans la participation d'un second parent, la progéniture éclos sera un mâle, mais si les petits sont nés d'une femelle et d'un mâle, ils peuvent être de n'importe quel sexe. Les scientifiques espèrent que cette découverte simplifiera le processus de reproduction de lézards de Komodo en captivité.

    Les raisons de cette méthode de reproduction inhabituelle sont encore débattues. Certains scientifiques estiment qu'un tel mécanisme est d'une grande importance pour la survie de l'espèce. En effet, même seule, isolée des autres membres de la famille ou ne rencontrant pas un homme à temps, la femelle est capable de produire une progéniture viable, de plus, du sexe opposé. Cette méthode peut donner lieu au développement d’une population composée d’une seule femme. Les opposants à cette théorie estiment que cette méthode réduit considérablement la diversité génétique de la population, ce qui conduit finalement à sa dégénérescence. Par conséquent, une telle reproduction sans la participation des mâles ne présente aucun avantage pour la survie de l'espèce.

    À ce jour, dans la nature, il y a environ 4 000 individus de varans de Komodo, dont un quart sont des femelles matures. Il y a plus de mâles que de femelles et, pendant la saison de reproduction, ils organisent des combats de tournoi sanglants pour avoir le droit de laisser leurs enfants. Cependant, ils ne réalisent même pas que la femelle peut continuer le genre sans leur participation.

    Laissez Vos Commentaires